Kid Wise, L’innocence
04/08/2015

Kid Wise Fermez les yeux.
Fermez les yeux et imaginez vous partir loin.
Loin, très loin. Et mettez en fond sonore Kid Wise. Et vous partirez loin, très loin. Soyez en surs. Kid Wise a ce génie en eux qui vous font partir juste sur le son de leur musique. Découverts il y a quelques mois grâce à leur chanson Hope, je me suis immergée rapidement dans leur univers tant j’ai été scotchée. Une claque musicale.
Je pouvais passer des heures sur Youtube à écouter leurs chansons, sans jamais m’en lasser, me laissant transporter encore plus loin à chaque fois.
Lors de leur passage à Strasbourg à la Laiterie (désolé, ce n’était pas prévu à cette époque que j’écrive pour Déhiscence donc pas de photos de ce concert), j’ai sauté sur l’occasion et suis allée les voir.
Et là, j’ai assisté à un des plus beaux concerts intimistes que j’ai pu voir. Un jeune groupe émergeant, sans roadies, faisant eux-mêmes les raccords, les ajustements, sans barrières avec le public. Un jeune groupe qui ne réalise pas où ils en sont déjà. Un jeune groupe sans prétention mais au génie déjà bien ancré. Ils sont 6 sur scène, 6 potes d’enfance réalisant leur rêve de gamins. Et ils ont encore ce sourire naïf au bout des lèvres. Et nous avec, assistant à leur éclosion. Les premières notes de violon (Clément Libes) résonnent et j’ai déjà des frissons. Le reste du groupe suit et la voix si particulière d’Augustin Charnet s’envole. Et nous avec.
Un son propre, des accords sans fausses notes. Les chansons passent, le plaisir est là. Et arrive celle que je redoutais….Celle qui ne figure pas sur leur album L’Innocence sorti en 2015 mais sur leur EP Renaissance (sortie en 2014) : Funeral. Toutes les émotions sont là, impossible de contrôler quoi que ce soit, le live rend cette chanson dix milles fois plus puissante. J’ai envie de pleurer….car je sais qu’elle va s’arrêter au bout de quelques minutes. Kid Wise c’est ça…une fois qu’ils ont commencé, on n’a pas envie qu’ils s’arrêtent. Leur tournée s’étant auréolée de succès, ils ont été présents sur quelques festivals et sont donc bien partis pour continuer sur leur lancée. Si vous avez l’occasion de les voir, courrez acheter votre billet. Sinon, branchez vous sur youtube ou mieux, achetez leur album.

 

Chronique: Cécile Gilberti pour Déhiscence
Crédit photo: Alice Smooth & Mathilda Cabezas