Last Train
02/10/2014

Après une tournée européenne cet été, après l’ouverture du concert parisien de The Graveltones en septembre, Last train assurera , dans quelques jours, la première partie de Triggerfinger ( 10 octobre) à la Laiterie de Strasbourg. Hautement mérité, pour ne pas dire que ces gars là pourraient, à eux seuls tenir le haut de l’affiche…frilosité de programmateur sans doute.
Patience, je vous dis, ça ne saurait tarder. Car Last train sont de ceux qui ne manquent pas un rendez-vous.
Déhiscence, pour sa part, s’est laissé embarquer, totalement conquis par ce savant mélange à mi-chemin entre fraicheur et vieille bouteille. Borderline, écorchés, juste ce qu’il faut pour se tenir loin des clichés, à tout juste 19 ans, les quatre acolytes se détachent visiblement du lot et s’annoncent comme une belle promesse de relève pour des mythiques Black Rebel Motorcycle.

Bien sûr, avec juste un EP en main, la chronique n’est pas forcément aisée.

Le premier titre aux oreilles m’aura laissé un goût d’inachevé. Pour le moins efficace et parfaitement achalandé pour les amateurs du genre,  » Cold Fever  » fait incontestablement le job dans un style pop-rock. De quoi mettre en appétit le plus grand nombre. De quoi, surtout, me laisser sur ma faim. Alors, j’ai laissé décanter un peu les choses. Le temps de voir arriver le nouveau clip vidéo accompagnant leur second opus  » FIRE « .

Et comme l’on me connait, je ne ferai pas dans la demi-mesure: ce titre là est un véritable coup de coeur. Une longue plage de 6’36 comme je les aime et comme il m’est indispensable pour rentrer vraiment dans une ambiance sonore.
Il faudrait également que je vous parle et vous invite à fermer les yeux sur les ’30 d’ouverture… pure merveille de simplicité qui aura su convoquer une belle référence cinématographique ( Into the Wild ). Le reste du morceau sonne comme une escapade sauvage dans les fuzz hendrixien… de quoi en ravir plus d’un!

Dernière mention spéciale à Julien Peultier pour la vidéo et qui réalise, ici, de bien belles images (tournées en Italie).
Elles aussi auront réveillées bien des souvenirs et pas des moindres…

Les plus vieux auront reconnus la référence.
Trève de mots. Bonne écoute à tous.
Vous êtes prévenus: Last Train, ne le ratez pas!

Sandrine FALLACARA