Emmanuel A.

L’électro pop s’affiche rageusement dans le premier album d’Emmanuel A. qui n’a pas fait les choses à moitié. La Découverte (coproduit par 33Néons et Emmanuel A.) étonne en effet par son aboutissement.

Teinté de dark rock et hyper mélodique, cet album concept composé de cinq parties offre un véritable écrin au personnage d’E. Track après track, on voit se dessiner les diverses émotions de cet avatar torturé. Car E met en branle nombre de sentiments universels et nous entraine dans ce qui s’apparente à une introspection musicale.

La musique, justement, se met explicitement au service du ressenti. Essentiellement composé au piano, parfois mécanisé, La Découverte défend des arrangements musicaux ambitieux où violon et guitares trouvent appui sur une rythmique inspirée.

Si de prime abord, l’album n’est pas facile d’accès, il résonne comme une invitation au lâcher-prise et sait, pour cela, invoquer les références des plus grands artistes expressionnistes.

La découverte en est effectivement une. Et une belle.

Sandrine Fallacara