14 –>19 Février 2017: GéNéRiQ 10ème édition
06/12/2016

53 artistes, 51 rendez-vous musicaux dont 21 gratuits, 38 lieux investis, voilà des chiffres qui donnent le tournis et qui sont bien au diapason de la volonté des 6 fondateurs du festival GéNéRiQ: faire de cette 10ème édition un événement ambitieux et riche en découvertes!

Ambitieux: imaginez une légende du punk en ouverture de festival… vous en avez rêvé et GéNéRiQ l’a fait. Le 14 février, Patti Smith donnera un concert unique à la chapelle de Ronchamp. Pour la petite histoire, c’est l’artiste elle-même, qui séduite par cet édifice inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, a contacté le festival pour investir le lieu. Un rendez-vous inattendu et immanquable!

Riche en découvertes: Canada, Suisse, Belgique, USA, Colombie, Angleterre, France, Islande, Pays-Bas, Suède, Australie… là encore, la programmation se veut internationale en choisissant de représenter pas moins de 11 nationalités. Le spectre musical, quant à lui, embrasse tous les courants. Du Hip Hop d’Abdu Ali, de la soul d’ Adam Naas, de la folk orchestrale D’Andy Shauf, du métal acoustique d’Amenra en passant par le garage rock de Pogo car Crash Control ou encore en faisant un petit détour du côté du space opera de Survive, chacun devrait trouver son bonheur!

Au caractère hétéroclite de cette programmation, on doit également adjoindre l’aspect protéiforme. Sympathetic Magic en est un bel exemple: ce concert dansé co-signé par Peter Van Poehl à la musique et Héla Fatoumi et Eric Lamoureux de Via Danse à la chorégraphie promet d’être un des moments lumineux de cette 10ème édition. Autre embardé, autre style, le Consortium de Dijon accueillera une performance autour du tatouage prototype réalisé par le collectif Appropriate Audiences.

GéNéRiQ, enfin, n’oublie pas son rôle d’accompagnement et donne une nouvelle fois écho à l’Opération Iceberg. L’année passée avait déjà levé le voile sur le rappeur mulhousien Siboy et la suissesse Emilie Zoé, cette année 6 autres artistes sillonneront les villes de GéNéRiQ: Olten, Sandor, Horskh, Aurélie Emery, Johnny Mafia et les Belfortains de Snaabbacash!

Tout est réuni pour faire de cette 10ème édition l’une des plus enthousiasmantes de ces dernières années. Nous vous donnons rendez-vous à Belfort, Pays de Montbéliard, Mulhouse, Besançon, Dijon dans des lieux de prestiges, bizarres ou plus banals mais dans tous les cas ne ratez pas les coups de cœur de Déhiscence!

Sandrine Torterotot

Nos coups de cœurs:

SHAME (UK): Les Anglais de Shame développent un post punk nonchalant dans la plus pure tradition brit. Le premier single, « Lick », introduction à l’univers des Anglais, n’est que le premier étage d’une fusée qui risque de décoller très rapidement

 

 

JAZZ CARTIER (CA): Le nouveau petit joyau de la scène hip-hop de Toronto a un nom de bijoutier et seulement 22 balais. Look soigné, flow imparable, beats modernes, Jaye Adams aka Jazz Cartier affole les dénicheurs de nouvelles tendances alors qu’il est encore peu connu sur notre vieux continent

 

 

OCTAVE NOIRE (FR): Une batterie, des machines, des synthés et une voix : celle de Patrick Moriceau, leader d’Octave Noire. On retrouve une passion pour les synthés analogiques dans ce projet électro pop très aérien. La voix, en français, se place dans cet océan synthétique faisant penser à Sébastien Tellier

 

Retrouvez la programmation complète du Festival GéNéRiQ en vidéo: