INGA LILJESTRÖM – Belfort ,la Poudrière, le 13 novembre 2014
16/11/2014

 

INGA LILJESTRÖM sur scène: une découverte pour moi il y a quelques jours dans la chaleureuse et accueillante Poudrière de Belfort. Je m’y suis rendue, comme toujours, sans apriori mais souhaitant la bonne surprise.
Premier constat, la salle a fait le plein pour cet apéro-concert d’un public étonnamment plus âgé qu’à l’accoutumée. Pas d’inquiétude… je guette toujours la bonne surprise.
Rentre en scène l’Australienne. Présence et formation minimaliste: Inga, un musicien, deux tabourets.
Le décor est planté. Je pense  » épuré « , j’espère encore la bonne surprise.

Roccapreturo et concert 11-2014 203

Un, deux, trois titres et grosse déception. Là où l’on aurait pu s’attendre à quelque chose entre l’énergie rock d’une PJ Harvey et le post-folk torturé de Shannon Wright, se déroule une pénible et longue balade à 2 KM/H dans les travers d’une folk acoustique austère. Cerise sur le gâteau, on se voit contraint aux arrêts forcés entre chaque morceau ponctué de tergiversations biographiques de l’artiste. Pourtant, on sait Inga touche à tout : électro, rock alternatif, folk, country, expérimental… Son sixième album,  » Two Dangers « , aurait dû être une réussite. Elle passe pourtant à côté et moi aussi. Les grands renforts de vidéo en décor de fond, n’y changent rien et accentuent même le rejet invoquant dans ma mémoire un concert de Body/Head monté sur la même technique mais avec succès, lui!

Je m’arrêterais ici tant il est peu agréable d’écrire quand ne viennent au clavier que des synonymes de craquelant et poussiéreux.

J’aurai cependant eu droit à une surprise: Inga sera parvenue à refroidir notre ardente Poudrière.